Comment guérir le pré-diabète en 21 jours?

Malgré ses 3.7 millions de diabétiques, la France est statistiquement un bon élève comparé à d’autres pays européens. Malheureusement, ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Le nombre de pré-diabétiques est au minimum le double de ce chiffre. En Grande-Bretagne ils représentent même un tiers de la population. Je n’essaie pas de te faire peur, j’essaie juste de dire que ce problème devrait être la priorité des autorités sanitaires de tous les pays, en particulier en voie de développement. Pour deux raisons : d’abord parce-que le pré diabète et le diabète sont à l’origine de nombreuses maladies et complications (cardio-vasculaires, rénales, oculaires, cancer …). Mais surtout parce-que ’on peut prévenir et guérir le prédiabète et le diabète facilement, sans médicament en moins de 6 mois pour les cas les plus sévères et en quelques jours pour les cas les plus simples.

Attention : je tiens à rappeler que je ne suis pas médecin et cet article n’est pas un avis médical. C’est la description du protocole que je m’appliquerais si j’étais prédiabétique demain. Je te conseille de l’imprimer et d’en parler à ton médecin si tu le trouves pertinent.

Qu’est-ce-que le pré-diabète?

Dès que ta glycémie à jeûne dépasse régulièrement 1gr/l (5.55 mml/dl) de sang tu es pré-diabétique. Le pré-diabète est causé par des niveaux d’insuline élevés régulièrement qui rendent tes cellules insensibles (résistantes) à son effet. Un peu comme un alcoolique qui n’est pas bourré même après plusieurs verres d’alcool fort.

L’insuline étant de moins en moins efficace, ton corps n’arrive plus à stocker le sucre, que tu manges, correctement, il se retrouve donc à circuler dans ton sang plus longtemps et en plus grande quantité. On appelle cette état la résistance à l’insuline, ou insulinorésistance, elle cause l’accumulation du gras dans le foie et sur le tous les organes. Il n’y a pas de définition officielle, mais pour moi, si tu as beaucoup de graisse au niveau du ventre il y a de fortes chances que tu sois prédiabétique et que la résistance à l’insuline en soit la cause.

Quelle est la cause du pré-diabète?

Comme toutes les maladies chroniques, la cause du pré-diabète est multifactorielle. Les trois déterminants les plus importants sont :

  • Combien de sucre tu manges
  • Combien tu te dépenses physiquement
  • Comment ta génétique te -permet de gérer l’assimilation et le stockage des sucres

Pour ce dernier point, on a en majorité tiré la mauvaise carte du jeu, certain pire que d’autres. Ou plutôt le jeu a tellement changé que nos cartes ne sont plus adaptées. C’est-à-dire que notre génétique a été programmée pendant des millions d’années à assimiler une certaine quantité et qualité de sucre, mais soudainement, lors des cent dernières années, la quantité et le type de sucre ont radicalement changé rendant notre système de régulation totalement dépassé.

L’activité physique aide à rendre le muscle plus sensible à l’insuline et permet de bruler un peu de graisse. Le renforcement musculaire en particulier aide à augmenter la masse musculaire et donc avoir plus de place pour stocker du sucre. C’est donc une aide non négligeable dans ce contexte. Il reste le facteur sur lequel on peut le plus jouer avec le plus d’impact : les glucides. Plus tu manges de glucides plus ton corps a besoin de produire de l’insuline pour les stocker. Moins t’en manges moins tu produis d’insuline. Malheureusement notre alimentation moderne est bourrée de sucres transformés (sucre blanc, roux, sirops, dextrose, maltose …), qui sont les pires. Les sucres naturellement présents dans les aliments entiers, comme la banane, sont mieux absorbés et plus lentement que les sucres transformés. Mais malheureusement lorsqu’on est déjà pré diabétique limiter le sucre naturel devient également nécessaire. À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles.

Quelle est la solution ?

Tout d’abord, je tiens à répéter que c’est possible, même de guérir du diabète. Ce n’est pas moi qui l’affirme ce sont des milliers de diabétiques. Par exemple le docteur canadien Jason Fung soigne des centaines de patients dans sa clinique à Toronto chaque année. La majorité des médecins savent que le diabète peut s’améliorer et disparaitre grâce à des changements de style de vie. Alors pourquoi ils ne prescrivent pas des légumes et du sport à la place du metformine et de l’insuline ? La réponse est qu’ils ne croient pas en vous, ou simplement ils n’ont pas le temps de vous convaincre. En effet de nombreuses études montrent que les patients ont du mal à changer de style de vie pour manger sainement sur le long terme. C’est pourquoi, pour “faire leurs travail”, ils vous prescrivent ce qui est défini comme traitement standard de cette maladie.

Mais les médecins et les patients savent que les injections d’insuline ne soignent pas le diabète, elles l’aggravent. L’insuline permet uniquement de contrôler le niveau de la glycémie, mais je pose cette question cash : quel est l’intérêt de mourir plus jeûne avec une glycémie correcte ? Les injections d’insuline aggravent le diabète de type deux car elles augmentent la résistance à l’insuline, qui est la cause du diabète.

La bonne approche est de s’attaquer à la résistance à l’insuline. Il faut baisser les niveaux d’insuline dans le sang et limiter les pics d’insuline. Comment ? Comme je l’ai expliqué si demain ma glycémie commence à dépasser les 1g/l je vais mettre en place le protocole suivant :

Quelle alimentation suivre?

Éliminer deux aliments :

  1. Les glucides transformés, pour faire simple tout ce qui contient du sucre ajouté ou de la farine
  2. Les huiles végétales fragiles, huile de tournesol, de colza, de pépin de raisin …

Ces deux éléments ne font pas partie de mon alimentation. J’ai écrit un article sur comment le sucre affecte notre santé. Les sucres ajoutés sont une aberration et n’ont pas de place dans une alimentation saine. Donc tous les aliments qui contiennent du sucre comme ingrédient sont exclus (yaourt sucré, gâteaux et biscuits, sauces industrielles, chocolat en dessous de 90%.)

En cas de pré-diabète même les sucres lents transformés n’ont pas de place dans une alimentation saine. Donc pendant ces 21 jours je ne mange ni pain, pâtes, purées, smoothies, jus et tout ce qui contient du sucre comme ingrédient.

Le cas du riz et des pommes de terre : je les mangerais uniquement froides. Ces deux sources de glucides sont bonnes c’est pourquoi je ne les exclus pas, en les mangeant froide, on diminue la quantité transformée en sucre. Elles résistent en partie à notre digestion et sont transformées en acides gras à chaines courtes par notre flore intestinale.

Le danger des huiles végétales sont moins bien connus, c’est pourquoi j’en parle ici. Les huiles végétales fragiles sont mauvaises pour la santé car elles se dégradent facilement. Elles sont utilisées pour créer les membranes de nos cellules et si ce sont des huiles endommagées, vous vous retrouver avec des cellules endommagées. On les soupçonnes d’être impliquées dans les mécanismes de résistance à l’insuline, donc on arrête l’huile de tournesol, de pépin de raisin, de colza, les margarines et autres huiles riches en acide gras poly-insaturés. Les huiles végétales issues de fruits comme l’huile d’olive et l’huile d’avocat sont moins délétères pour la santé, elles sont donc à privilégier.

Le cas des oméga 3 : les oméga 3 sont des huiles poly insaturées, encore plus fragiles que les oméga 6. Donc il faut éviter les huiles riches en oméga 3. De préférence, il faut consommer les graines qui en contiennes directement comme des graines de lin broyées ou bien des noix, et les poissons gras comme les sardines et le saumon sauvage et les oeufs, en cuisson douce ou cru.

Pour aller plus loin sur l’alimentation beurre épinards, tu peux lire mes principes ici. Ça peut servir de bonne base pour avoir une alimentation saine au quotidien.

La première semaine du protocole 

Après avoir éliminé les sucres transformés et les huiles végétales, je commence avec une semaine de jeûne intermittent 16h/8h en faisant deux repas par jours. Vous pouvez lire mon guide sur le jeûne intermittent ici. En gros je ne fais que deux repas par jour à midi et à 19h. Le reste du temps je ne mange rien et ne bois que de l’eau ou café et thé non sucré évidement. Si j’ai faim entre les deux repas je me permets de manger des fruits et des noix l’après-midi.

En termes de glucide, comme je l’ai mentionné, tout au long de ce protocole de trois semaines et plus si nécessaire, je ne mange ni pate, pain, sucre, produits transformés qui contiennent du sucre ou de la farine et toutes les purées, smoothies et jus de fruits.

Mon alimentation va principalement consister de légumes sous toutes les formes, cuits au four, poilés, à la vapeur, des œufs, de la viande, poissons, poulet, de la salade, des oléagineux (noix, noisette, pistache noix de cajou) et graines (courges, lin, tournesol). Je mange également du bon fromage, du beurre et j’assaisonne abondamment tous avec de l’huile d’olive. Il ne faut pas avoir peur du gras, il permet d’être bien rassasié. Il ne faut pas non plus se soucier des calories, avec une alimentation saine comme celle-ci, il faut manger à sa faim. Le corps va se réguler naturellement.

La deuxième semaine du protocole 

Je passe à 20h de jeûne sur la journée. Je ne mange qu’entre 17h et 21h. la première semaine permet au corps de s’habituer au manque de sucre dans le sang et de mieux utiliser la graisse corporelle comme source d’énergie. Les premières graisses que le corps va utiliser sont les plus nuisibles, ce sont celles qui se trouves autours de nos organes comme le foie. Il faut savoir qu’une perte de graisse même minime permet d’améliorer sensiblement tous les marqueurs de santé.

Je romps mon jeûne avec une soupe agrémentée de graines de courge. Puis un fruit et des noix. Vers 20h je fais un repas copieux. Je termine également avec un fruit et des oléagineux.

La troisième semaine du protocole 

Je continue le jeûne quotidien de 20h mais j’ajoute une petite journée spéciale. Le mercredi soir je termine de manger vers 21h et je ne mange plus jusqu’au vendredi midi. Au total ça donne un jeûne de 39h d’affilée. 3h entre 21h et minuit le mercredi. 24h entre mercredi minuit et jeudi minuit puis 12h entre jeudi minuit et vendredi midi.

Ce jeûne qui va dépasser les 24h est nécessaire pour booster un mécanisme appelé autophagie. Il s’agit du recyclage des protéines défectueuses de notre corps. Dans cette situation le corps se met en mode survie et cherche à optimiser ce qui fonctionne mal et gaspille des ressources. Il va donc recycler des composants défectueux de nos cellule. A l’arrivé on se retrouve avec des cellules en meilleur état, donc des organes et un corps en meilleur état.

A mon humble avis ce protocole de 21 jours permet de rétablir une glycémie normale et de retrouver une certaine sensibilité à l’insuline. Pour être sûre que le près diabète est en rémission il faut idéalement le faire 3 mois et mesurer l’insuline glyqué (HBA1C). Il faut que ça soit en dessous de 6%.

Si j’ai des doutes je recommence le protocole de 3 semaines autant que nécessaire.  L’objectif est d’avoir une glycémie à jeûne en dessous des 1gr/l de sang.

Photo by Janita Sumeiko on Unsplash

Acides gras à chaines courtes

https://pdfs.semanticscholar.org/1ab5/9120bc18987ead3d50661b7435936899504b.pdf

4 Comments
Share:

4 Comments

  1. dorothy says:

    Pouvez vous citer vos sources concernant cette hypothèse comme quoi le riz et les pâtes consommés froid seraient transformées en acides gras à chaine courtes??

  2. Baileys says:

    Bonjour,
    Merci pour votre partage. Je voudrais juste apporter une rectification du pourcentage d’hémoglobine glyquée, il devrait être autour de 4% pour un individu sain sachant que le pré diabète est diagnostiqué pour un pourcentage d’HBA1C entre 5,7% et 6,4%

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.